Que tous les Congolais, tant en milieu rural qu’en milieu urbain, aient accès aux services énergétiques durables, abordables et de qualité à l’horizon 2030.

La définition et l’application des politiques et des projets énergétiques devraient être faites de manière participative, dans le respect des droits humains, dont les droits économiques, sociaux et culturels, dans la bonne gouvernance, et avec une maîtrise des impacts sociaux et environnementaux des projets.

Le projet Inga tel qu’il est conçu aujourd’hui ne correspond pas à notre vision. La République Démocratique du Congo devrait plutôt s’investir à développer à l’intérieur de son territoire des pools énergétiques conformes à ses ambitions d’émergence à l’horizon 2030.

Le public en général, et la population locale en particulier, n'ont pas été consultés à travers une enquête publique préalable sur le projet, tel que prévu à l’article 24 de la Loi portant principes fondamentaux de l’environnement. De plus, aucune étude d’impact environnementale et sociale n’a été réalisée jusqu’à ce jour, et aucun plan d’atténuation et de gestion environnementale n’a été adopté.


Le site STOP INGA 3 annonce au monde que le projet Inga tel qu’il est conçu aujourd’hui ne correspond pas à notre vision pour l’accès à l’énergie pour tous en République Démocratique du Congo.

Un projet qui n’est pas bénéfique au peuple congolais: Jusqu’à ce jour, les plans du projet Inga 3 ont fait de l’approvisionnement en électricité des pays voisins et de l’industrie minière au Congo une priorité. Les projets énergétiques qui approvisionnent l’industrie minière en DRC élargissent presque jamais l’accès à l’électricité aux communautés environnantes.

Un mégaprojet trop coûteux: Quel que soit le modèle financier du projet proposé, le coût est estimé à 14 milliards de dollars américains. Ainsi, Inga 3 est un projet coûteux et la probabilité de dépassements de coûts pourrait miner les générations futures et contrecarrer les ambitions d’une RDC développée. La République démocratique du Congo devrait utiliser ses ressources énergétiques disponibles et diversifiées pour développer un système énergétique décentralisé et éviter de consacrer tous ses efforts et ressources au projet Inga 3 qui ne bénéficiera pas à la majorité de la population congolaise.

Faible gouvernance et manque de transparence: Le projet Inga 3 manque un mécanisme officiel de partage d’information en accord avec l’article 24 de la Constitution qui prévoit le droit à l’accès à l’information. Depuis novembre 2015, le projet Grand Inga est confié par ordonnance à l’Agence pour la promotion et le développement du projet Grand Inga (ADPI), une entité qui est directement sous le contrôle de la présidence de la République et qui échappe complètement à toute surveillance indépendante et au contrôle des institutions chargées de surveiller les grands projets publics. Quelques mois après la création de l’ADPI, la Banque mondiale a suspendu le financement d’Inga 3.

Dégâts écologiques et sociaux: Le projet Inga 3 est un projet qui présente un risque important de dommages écologiques et sociaux. Les impacts environnementaux associés au changement climatique et à la réinstallation d’une population entière dans la région d’Inga rendent ce projet extrêmement risqué pour les communautés congolaises touchées.


Jusqu'à présent, plusieurs organisations de la société civile ont dénoncé publiquement ce projet et plus de douze mille résidents ont signé une pétition pour exprimer leur désarroi. → CLIQUEZ ICI pour consulter la pétition.


Nous sommes un groupe de huit organisations de la société civile congolaise qui depuis longtemps documentent de nombreuses préoccupations humaines, sociales et de gouvernance liées au projet Inga 3.

Nous sommes appuyées par plusieurs autres organisations et mouvements congolais et nous agissons en synergie avec les plus de 12,000 habitats du site d’Inga qui ont signé une pétition pour dénoncer ce nouveau projet hydroélectrique.

« Quel que soit le modèle financier du projet, dont le coût estimatif est 13,9 milliards de dollars US, nous estimons qu'Inga 3 a un coût élevé et que les risques de dépassement de coûts liés aux mégaprojets vont miner les générations futures et contrecarrer toutes les ambitions de la RDC développée. »

— Organisations de la société civile en République démocratique du Congo

Nous demandons au Gouvernement de la République Démocratique du Congo et ses partenaires d’abandonner la mise en œuvre du projet Inga 3 pour se consacrer prioritairement à la mise en valeur de son énorme potentiel énergétique durable pour répondre efficacement à ses besoins de desserte nationale et ses ambitions de nation émergente.

Mégaprojet trop coûteux
Dégâts écologiques et sociaux
Manque de transparence
Délocalisations des populations locales

Veuillez remplir le formulaire pour vous joindre à la campagne Stop Inga 3. Nous prendrons contact avec vous.

Vos informations ne seront pas partagées publiquement sans votre consentement.